PDA

Voir la version complète : Au Liban, Uber ramasse aussi les poubelles



Pierre
13/08/2015, 16h07
L'entreprise de VTC continue de se diversfier et propose de s'occuper des ordures qui entassent les rues du Liban, où le contrat de l'entreprise qui détient le monopole du ramassage n'a pas été renouvelé.

139

Uber fait les poubelles. Au Liban, l'entreprise, connue pour avoir révolutionné le service de chauffeurs à la demande, a décidé de prendre en main le problème des ordures.

Le ramassage des poubelles est en effet paralysé depuis le 17 juillet. La raison: l'Etat n'a pas renouvelé le contrat de Sukleen, l'entreprise privée qui a le monopole de ce service. De plus, la principale décharge du pays est pleine avec 15 millions de tonnes de déchets alors que la structure n'était initialement prévue pour n'en accueillir que deux. Conséquence: les agglomérations deviennent des décharges à ciel ouvert, pour le plus grand malheur des habitants. Beaucoup doivent porter des masques filtrants mais cela retient à peine les odeurs nauséabondes entretenues par la chaleur estivale.
Uber à la rescousse

140

Depuis le 29 juillet, l'entreprise qui propose des véhicules de tourisme avec chauffeur a décidé de convertir ces derniers en éboueurs. Sur leur application smartphone, les utilisateurs peuvent commander gratuitement ce service tous les jours entre 15 et 20 heures.


En moins de trente minutes, un chauffeur Uber débarque à l'adresse géolocalisée et transporte les sacs poubelle dans un centre de recyclage partenaire. Les habitants doivent pour cela trier leurs déchets papiers, plastiques et métalliques. Seul le verre n'est pas pris en charge.

141

Coup de pouce pour l'image de marque

Comme lors de chaque opération, la startup lance un hashtag permettant de faire connaître son (beau) geste. Au Liban, les internautes sont invités à partager leur expérience sur les réseaux sociaux avec (UberRECYCLE). Responsable, écologique, serviable et responsable. Ce sont les mots d'ordre que l'entreprise souhaite associer à sa marque à travers cette nouvelle opération.







lefigaro.fr