PDA

Voir la version complète : Un faux chauffeur d'Uber extorque plus de 50.000 euros à ses clients



Pierre
04/08/2015, 15h36
L'homme, qui se présentait comme un chauffeur d'Uber, prenait des clients alcoolisés pour subtiliser leurs moyens de paiement. Il a été récemment confondu à Paris pour des escroqueries à la carte bancaire.

124

Une arnaque bien rodée. Un homme se présentant comme un chauffeur d'Uber a été récemment arrêté après avoir subtilisé et utilisé les cartes de crédits de ses clients. L'enquête de la Sûreté territoriale de Paris avait débuté en décembre 2014, à la suite de la recrudescence de vols et d'escroqueries, attribuées à un homme de 43 ans se revendiquant d'Uber ou de Heetch, deux applications de transports entre particuliers. L'individu abordait ses clients, plutôt éméchés, à la sortie des boîtes de nuit et réussissait, au moment du paiement de la course, à substituer une carte bancaire déjà volée à celle des noctambules qu'il utilisait ensuite.


Je sortais d'une soirée et j'ai commandé un Uber. Je me suis retrouvé dans la rue avec mon portable à la main. Une voiture est arrivée près de moi, et m'a demandé si j'avais commandé un Uber. Sans me méfier j'ai dit oui, raconte au micro de RTL l'une des victimes de l'arnaqueur. Le chauffeur n'est pas seul à bord. À ses côtés, un autre passager qu'il présente comme un stagiaire. Prétextant des problèmes pour le paiement en ligne, les deux hommes réclament la carte bleue du client pour régler directement la course. Il y avait une espèce de faux terminal, c'est comme ça que je leur ai donné mon code. Le lendemain, la victime est contactée via Facebook par un autre usager, qui s'est retrouvé en possession de sa carte bleue.


Le chauffeur a sévi pendant environ deux ans, empochant un butin de plus de 50.000 euros sur le dos d'une quarantaine de clients. Il était déjà connu des services de police pour une précédente affaire de… faux taxi. Reconnu sur un enregistrement de vidéosurveillance, l'homme a été écroué puis placé en garde à vue.Il surfait sur le succès rencontré par la société Uber. Le 3 juillet dernier, cette dernière a décidé de suspendre en France son service controversé UberPOP, qui a valu à deux de ses dirigeants un renvoi en correctionnelle dans la foulée d'un important mouvement de colère des taxis.









lefigaro.fr